FERMER

Vous souhaitez être rappelé(e)

    Matin
    Midi
    Après-Midi
    Envoyer
    En envoyant cette demande, vous acceptez que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la relation commerciale qui peut en découler.

    Artboard 11Appelez-nous au

    (Appel non surtaxé)
    09:00 - 12:00 | 14:00 - 18:00
    du lundi au vendredi

    Ou joignez-nous

    Par e-mail

    Vivre en sécurité chez soi, avec la Téléassistance

    À partir de 24,90 € / mois

    Soit 12,45 € / mois après crédit d'impôt

    SOUSCRIRE EN LIGNE Ou au 05 35 54 62 71 VOIR LES OFFRES de téléassistance
    Couple de séniors bénéficiant de la téléassistance

    Quelles sont Les syndromes de post chutes chez les personnes âgées


    De quoi s’agit-il ?

    Les personnes âgées sont les plus exposées aux risques de chutes. Par la même occasion, elles sont les plus enclines à souffrir du syndrome post chute. Il est triste de constater qu’une personne âgée ne souffre pas seulement de douleurs physiques après une chute. C’est un événement traumatisant qui tâche sa vie et peut rapidement le rendre dépendant car il a peur de chuter à nouveau en faisant les choses de lui-même. Le syndrome post chute est donc marqué par une perte d’équilibre, la diminution des activités physiques, l’altération de la marche et des troubles psychologiques.

    Cela n’est pas détectable au cours d’un examen médical normal. En effet, ce syndrome est présent alors que les différents résultats d’examens sont normaux. Il est important après une chute de faire des examens psychologiques approfondis pour ne pas passer à côté d’un tel problème qui risque de s’aggraver avec le temps. Lorsqu’il n’est pas détecté à temps, le syndrome post chute évolue vers un syndrome régressif majeur. Cela laisse de lourdes conséquences dans la vie des seniors tant sur le plan physique, psychique que social.

    Diagnostic du syndrome post chute chez une personne âgée

    Si après une chute vous remarquez que la personne victime est dans l’incapacité de trouver de l’équilibre en position debout, c’est l’un des points sur lesquels s’alarmer. Il est possible que ce trouble soit présent même lorsqu’il est assis. Cela devient un problème s’il ne présentait pas ces signes avant sa chute. Il s’agit des effets psychologiques du traumatisme qu’il a subi après son accident. Celui-ci à désormais peur de chuter à nouveau ce qui affecte sa capacité à être autonome. Sans que cela soit visible, il devient peu à peu dépendant en perdant toute autonomie.

    Le lever que la personne âgée victime d’une chute avait l’habitude de faire en un bond est désormais difficile et elle doit se servir de ses bras ou s’accrocher sur des barres de protection pour se mettre debout. Ce syndrome peut être diagnostiqué en deux phases dont la forme chronique et la phase aiguë. En phase chronique, elle est complètement isolée et ne veut plus sortir de chez elle. En position debout, la personne âgée victime a tendance à perdre l’équilibre à reculons. Elle a peur de tomber en sortant de chez elle ce qui fait qu’elle reste confinée. Dans la forme aiguë, elle présente des signes d’anxiété, de peur, de perte d’initiative ainsi que le refus de se déplacer.

    Les personnes à risques pour le syndrome post chute

    Il est courant de retrouver ce syndrome chez les aînés de 65 ans et plus. Certaines personnes âgées présentent plus de dangers que d’autres. C’est notamment le cas lorsqu’une personne âgée a déjà chuté car elle présente un risque élevé de rechute. Les patients présentant des troubles cognitifs, ceux ayant déjà eu un problème de santé nécessitant un alitement, les patients présentant une baisse d’acuité visuelle. Les seniors sous traitement médicamenteux lourd, ceux consommant trop d’alcool, les personnes âgées dont le logement n’a pas subi de travaux d’aménagement pour une personne dans son état.

    Toutes les personnes suscitées présentent des dangers de chute bien que le taux soit variable d’un individu à un autre. Dès lors, il est important de prévenir ces dangers de chute en adaptant le logement à leur état de santé et en faisant tout ce qui est possible. Le but est de veiller sur ces aînés tout en leur laissant leur autonomie au quotidien. Le syndrome post chute est susceptible de marquer la fin de l’autonomie de ces personnes âgées. Il est donc indispensable non seulement de prévenir les dangers mais de mettre sur pied un moyen efficace de le détecter rapidement pour y remédier au plus vite.

    Comment lutter contre cela ?

    Après avoir diagnostiqué le syndrome post chute chez un aîné, il est difficile d’éliminer complètement ses conséquences. Dès lors, la meilleure solution reste la prévention. Certaines personnes âgées chute à cause de la fatigue non seulement de l’âge mais aussi du aux travaux quotidiens. Pour y remédier, il est important de lui trouver une aide avec qui elle pourra passer du temps et lui confier ses tâches qu’elle trouve difficile à accomplir personnellement. Le but n’est pas de la rendre dépendant mais plutôt de se faire aider pour réduire le stress et la fatigue à l’origine des chutes.

    Il est jusque là clair que si l’aîné ne fait pas de chute, il ne pourra pas souffrir du syndrome post chute. D’un autre côté, les travaux d’aménagement pour adapter le domicile de l’aîné à son état de santé est une nécessité absolue. Évitez les câbles électriques qui traînent, les coins non éclairés dans la maison, l’escalier sans barres de protection de part et d’autre, les sols glissants, les tapis au sol. Vous devrez faire appel aux experts spécialisés dans l’adaptation des maisons pour personnes âgées à risques. Au cas où le syndrome est déjà présent, il fera l’objet d’une prise en charge pluridisciplinaire.

    Les solutions pour éviter de rechuter

    Le syndrome post-chute crée des traumatismes chez nos aînés. Les blessures physiques engendrées par les chutes sont diverses, et sont parfois irréversibles. Certains se voient dans l’obligation de faire de la rééducation afin de réveiller les capacités motrices des jambes. Les traumatismes causés peuvent engendrer du stress, voire une dépression. Mais heureusement, ces troubles peuvent être soignés à l’aide de médicaments (antidépresseur, paracétamol…). La médecine a mis en place plusieurs moyens efficaces pour freiner ces troubles. La rééducation peut se faire sur plusieurs jours, comme plusieurs mois. Il ne faut pas être pressé et soigneux pour éviter une rétropulsion. Une fois le membre réparé, faire de la marche régulièrement permet à la fois de réadapter le corps à fonctionner normalement, et contribue au bien-être de la personne âgée. Dans une journée, pleins d’obstacles peuvent être facteurs de chute : une marche, un sol glissant, une pente… Il faut donc prendre son temps pour analyser les potentiels facteurs de chute, afin de les éviter, et ce, toute la journée.


    Le syndrome post chutes chez les personnes âgées

    Informations sur le syndrome post chutes chez les personnes âgées

    Logo Téléassistance

    téléassistance
    Le syndrome post chutes chez les personnes âgées
    Logo 60 millions de consommateurs
    Logo Euro-Quality System
    AFRAYA Label Qualité
    logo services à la personne

    Vidéo Téléassistance

    Comment fonctionne la téléassistance à domicile ?